La santé de la mère et de l’enfant, pendant la grossesse et les premières années d’existence, est un enjeu mondial : en matière de mortalité infantile et maternelle, les chiffres de certaines régions du monde sont toujours préoccupants. L’Ordre de Malte France lutte depuis toujours contre la mortalité infantile et maternelle : 60% de sa capacité hospitalière à l’international est dédiée aux soins de la mère et de l’enfant. A Bethléem, nos équipes gèrent l'hôpital de la Sainte Famille depuis 1985, ouvert par les Sœurs de la Charité en 1885.

Dans la région, cet hôpital est un centre de référence pour les grossesses à hauts risques et la prise en charge des naissances prématurées. Il dispense une offre de soins aux femmes enceintes et à leurs nourrissons, aux plus hauts standards internationaux de la gynécologie et de l’obstétrique. Au total, 68 % des femmes du district de Bethléem accouchent dans cette maternité (chiffres 2019).

Il fournit alors un service essentiel aux femmes de la région pour leur permettre de vivre leur grossesse et d'accoucher dans les meilleures conditions.

En Palestine, un accès aux soins aléatoire

Mi-2019, on estime que 4,98 millions de personnes vivent dans les territoires occupés et Gaza. Dans cette région instable et précaire, barrières politiques et administratives, conflits, difficultés d’approvisionnement en besoins de première nécessité, ont un effet direct sur la qualité de vie et la mortalité des Palestiniens. Environ 10 % des femmes parturientes sont retenues aux check points et certaines d’entre elles accouchent sur place. Dans ces conditions, des décès infantiles et maternels sont parfois à déplorer. Ces difficultés influent aussi sur le nombre de médecins vivant en Palestine : beaucoup, désireux d’avoir une meilleure formation ou des perspectives de carrière, émigrent. En 2018, on estime qu’entre 100 et 160 médecins et professeurs de médecine ont quitté le pays.

 20191210 Mere Enfant Bethleem 1

© Estelle Hoffert

Une oasis de paix et d’expertise pour toutes à Bethléem

Dans un contexte de chômage important (plus de 30 % de la population active est au chômage), l’offre de soins de la maternité de la Sainte Famille, au cœur de la ville, est une note d’espoir. Au total, 68 % des femmes du district de Bethléem accouchent dans cette maternité (chiffres 2019).  Plus de 4 500 nourrissons y ont vu le jour en 2018. Cet établissement offre aux femmes de la région l’unique possibilité d’accoucher dans de bonnes conditions médicales. Son premier objectif est de fournir une assistance de haute qualité pour le suivi des maternités, sans distinction d’origine, de religion, de culture ou de condition sociale. L’hôpital de la Sainte Famille conduit également une politique sociale très soutenue : les patientes paient selon leur niveau de revenus, avec l’assistance du service social de l’hôpital, lorsqu’elles ont des difficultés.  

 20191210 Mere Enfant Bethleem 3 20191210 Mere Enfant Bethleem 3

Des patientes au plus près de leur nouveau-né au sein de l’hôpital de la Sainte Famille © Estelle Hoffert

La qualité des soins comme seul objectif

La maternité de la Sainte Famille est la seule structure hospitalière du district disposant d’une unité de soins intensifs néonatals : 9 % des nouveau-nés ont besoin de ces services. Un département pédiatrique doté de 18 couveuses et de 9 appareils respiratoires permet de délivrer des soins intensifs ou des gestes de réanimation à des grands prématurés, nés à 25 semaines et pesant aux alentours de 500 grammes. Le taux des césariennes, proche de 22 %, est maintenu au plus bas, uniquement en cas de nécessité. C’est l’accouchement par voie basse qui est privilégié.

Depuis sa création, l’établissement s’est toujours efforcé de s’adapter à la demande croissante par la création de salles d’accouchement, de salles d’opération, d’une unité néonatale mais aussi par la mise en place d’une clinique mobile équipée, d’un service de consultation externe et d’une nouvelle unité de soins pédiatriques et néonatals. Depuis mars 2019, un bâtiment est en construction pour accueillir notamment un complexe opératoire entourant deux salles d’opérations.

 20191210 Mere Enfant Bethleem 5 20191210 Mere Enfant Bethleem 5

Soins donnés aux nouveau-nés par le personnel de l’hôpital de la Sainte Famille © Estelle Hoffert

Permettre l’accès aux soins des populations les plus isolées : des dispositifs de santé mobiles dans les villages et chez les bédouins.

« Dans les pays où le système de santé est incomplet, nous devons venir en aide aux plus fragiles et leur assurer le minimum vital », explique le Pr Luton, chef de service gynécologie obstétrique à l’hôpital Bichat-Beaujon (APHP) et membre du conseil médical de l’hôpital de la Sainte Famille.

Depuis 1995, l’hôpital a développé des actions de « stratégie avancée » avec des consultations de gynécologie dans les villages éloignés et isolés pour un nombre croissant de femmes. Ces consultations sont réalisées à l’aide d’une clinique mobile équipée et animée par du personnel de la maternité. Un gynécologue, un pédiatre et une infirmière effectuent quatre jours par semaine des visites dans des zones difficiles et n’offrant pas de soins gynécologiques, auprès des communautés bédouines installées dans le désert de Judée.

« Si l’on veut gagner le combat contre la mortalité infantile et maternelle, il faut s’appuyer sur les modèles qui fonctionnent et les transplanter. Apporter des conseils aux populations sur les règles sanitaires et d’hygiène à observer est essentiel. C’est une œuvre de longue haleine. » constate le Pr Luton.

 20191210 Mere Enfant Bethleem 7 20191210 Mere Enfant Bethleem 7

Clinique mobile de l’hôpital de la Sainte Famille © Estelle Hoffert

Lutte contre le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel étant courant chez les femmes de la région, l’hôpital a également développé des actions spécifiques de « stratégie avancée », dans la lutte contre le diabète gestationnel, par des actions de prévention et de dépistage. Véritable danger pour la femme enceinte et son enfant, le dépistage de cette pathologie fait l’objet d’un projet, soutenu par l’agence autrichienne de développement (ADA), et maintenant sur fonds propres de l’hôpital. Chaque année, environ 1 000 femmes sont reçues en consultation pour diabète gestationnel. Une nutritionniste est affectée à ce projet.

L’accompagnement des femmes ménopausées : une avancée culturelle

En Palestine, très peu est fait au profit de ces femmes qui ne sont plus en âge de procréer. Pourtant, il est possible de leur apporter un certain confort de vie dont les grossesses multiples ou l’âge les ont privées. La Maternité de la Sainte Famille a ouvert une consultation spécialisée et un programme de soins adaptés aux femmes à partir de 45 ans et offre des traitements parfois chirurgicaux.

 

L’hôpital de la Sainte Famille en bref

  • 170 salariés (maternité et projets réunis)
    • 17 médecins (6 gynécologues/obstétriciens, 5 pédiatres, 3 anesthésistes et 3 généralistes)
    • 40 sages-femmes
    • 21 infirmières et 20 aides-infirmières
    • 2 pharmaciennes
  • 4 500 accouchements en 2018
  • Plus de 30 000 examens médicaux
  • Un département pédiatrique doté de 18 couveuses et 9 appareils respiratoires
  • Entre 3 et 9 grands prématurés (25 à 32 semaines) accueillis par mois en 2019

 

 

SOUTENEZ CETTE ACTION

et toutes celles entreprises par l'Ordre de Malte France en direction des plus fragiles


Soutenir cette actionChaque jour, nos salariés et bénévoles agissent en France et à l'international dans de nombreux domaines : santé, solidarité, secours, formation…
Si ces missions existent, c'est en grande partie grâce à vous et vos dons.

Votre générosité est dans chacune de nos actions ! Merci d'avance pour votre soutien.

JE FAIS UN DON