Selon l’Organisation Mondiale de la santé (OMS), environ 285 millions de personnes – 39 millions d’aveugles et 246 millions ayant perdu de l’acuité visuelle – sont atteintes de déficience visuelle. Seules 10 % d’entre elles habitent dans des pays riches... les autres pâtissent du manque de soins. C’est la raison pour laquelle, l’Ordre de Malte France a mis en place, depuis 15 ans, un programme optique placé sous la responsabilité d’un ophtalmologue, qui comporte deux volets, l’un en France et l’autre à l’étranger.

"Le droit à la vue"

Programme optique 2016 2Contrairement à ce que l’on pense souvent, la première cause de cécité dans le monde n’est pas le trachome, mais la cataracte (50 % des cas de cécité). Les glaucomes en sont la deuxième cause, suivis du diabète, de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) et, ensuite seulement, du trachome. 80 % des déficiences visuelles toutes confondues sont évitables : 60 % sont soignables et guérissables et les 20 % restantes pourraient être empêchées. Bien soignés, la plupart des patients atteints de ces pathologies oculaires pourraient mener une vie normale, et avoir notamment une meilleure productivité au travail, grâce à des opérations chirurgicales et à des lunettes. Un enjeu très important pour les pays en voie de développement.

Lancée en février 1999 par l’OMS, avec l’aide de l’Agence Internationale pour la Prévention de la Cécité (IAPB), "Vision 2020 : le droit à la vue" a pour objectif d’éliminer la cécité évitable d'ici 2020. Plus de 40 pays dans le monde ont adopté ses programmes de prévention et de traitement des problèmes oculaires, qui reposent sur l’aide à la formation d’ophtalmologistes et de personnels qualifiés, ainsi que sur le développement d’infrastructures et de technologies appropriées.

La prise en charge des problèmes de vue est souvent négligée dans les pays en voie de développement. C’est pourquoi, l’Ordre de Malte France s’attache à les prendre en compte depuis 25 ans, à travers certaines de ses structures de santé. Mais les réponses apportées étant insuffisantes, nous avons créé, en septembre 2014, un programme optique, sous la responsabilité d’un ophtalmologue. Notre action, en cohérence avec les objectifs de santé mondiaux fixés par l’OMS, comporte deux volets, l’un en France et l’autre à l’étranger. Initialement basé sur la distribution à l’international, de lunettes collectées en France, il s’est aujourd’hui étendu à l’équipement optique, au diagnostic et au traitement médico-chirurgical des patients.

La deuxième vie des lunettes

D’abord collectées...

Des centaines de milliers de paires de lunettes sont jetées chaque année en France. L’Ordre de Malte France les collecte. À titre d'exemples, en 2015, environ 8 000 paires, usagées ou neuves, ont été récupérées par la délégation de Haute-Savoie, 122 000 dans les Yvelines et plus de 23 000 dans la Sarthe. Programme optique 2016 3Cette collecte est possible grâce aux opticiens, pharmacies et commerces qui proposent une urne où leurs clients peuvent déposer les lunettes dont ils ne veulent plus. Mais aussi grâce aux paroisses, maisons de retraites, et entreprises qui relaient cette collecte. En tout, l’Ordre de Malte France récupère chaque année environ 400 000 paires de lunettes.

... puis triées et expédiées

Les lunettes collectées sont acheminées dans nos cinq centres de tri, dont les normes sont très strictes. Seulement 10% des lunettes collectées sont conservées pour être envoyées à l’étranger. Sont éliminés : les étuis souples ou rigides, les lunettes incomplètes, les verres rayés, progressifs ou double-foyer et ceux dont le degré d’astigmatisme est trop important. Après une désinfection en machine, un second tri permet d’affiner encore la sélection. Mesurées ensuite au frontofocomètre, les paires dont les corrections sont trop spécifiques sont écartées. Les "rescapées" sont nettoyées, ensachées et étiquetées, puis classées entre paires adultes – enfants – solaires. Les colis sont alors préparés, en fonction des demandes de nos établissements de santé à l'étranger.

Programme optique 2016 4En 2015, l'Ordre de Malte de France a acheminé 198 cartons de lunettes au Burkina Faso, Bénin, Congo Brazzaville, Cameroun, Tchad, Sénégal, Madagascar et Cambodge, dans différents dispensaires et hôpitaux. Ces lunettes sont souvent attendues avec impatience. L’un de nos bénévoles de la délégation de la Haute-Saône, qui en avait apporté directement au Burkina Faso au cours d’un voyage, témoigne : "Un ancien a pleuré lorsqu'il a posé des lunettes sur ses yeux, c'était la première fois depuis très longtemps qu'il revoyait... parfois, comme chez nous on se prête des livres, eux ils se prêtent des lunettes entre villages". L’Ordre de Malte France développe également les capacités ophtalmologiques de ses hôpitaux et centres de santé.

« C’est très gratifiant d’accomplir cette mission. La vue, c’est primordial. Quand je n’ai pas mes lunettes, je suis perdue. Alors, si on peut aider...»
Elizabeth, bénévole au centre de tri de Clamart

 

Chirurgie ophtalmique et clinique mobile

Afin de proposer des interventions chirurgicales de la cataracte et du glaucome, l’Ordre de Malte France finance, avec ses fonds propres ou avec le soutien de bailleurs de fonds comme la Fondation L’Occitane, des missions chirurgicales effectuées par des chirurgiens locaux (Burkina Faso) ou des chirurgiens bénévoles français, qui ont réalisé plusieurs missions à l’hôpital de Njombé, au Cameroun, en 2014-2015. Ces actions sont très importantes car elles permettent aussi un transfert de compétences vers les chirurgiens locaux.

Fin 2014, l'Ordre de Malte France a également contribué au Programme Marocain de Lutte contre la Cécité, en envoyant 120 "kits cataractes". Ils ont permis la prise en charge de malades oculaires vivant dans des zones reculées du pays. Au Burkina Faso, un centre de lunetterie a été créé en 2012 dans le dispensaire saint Jean de Malte de Ouagadougou. Grâce à notre clinique mobile du centre de Bobo Dioulasso, un lunetier et un ophtalmologue local se déplacent dans les villages pour dépister les populations, les équiper de lunettes et diriger vers l’hôpital les personnes ayant besoin d’une opération. Enfin, un programme, financé par la Fondation l’Occitane, est en cours de réalisation pour dépister les populations des quartiers les plus pauvres de Bobo et de Ouagadougou. Des consultations ponctuelles sont également proposées dans les centres de santé publics.

 

Vous souhaitez participer à notre programme optique ?

Contactez votre délégué départemental pour trouver le point
de collecte le plus proche de chez vous :