Open menu
jeune autiste

© ORDRE DE MALTE France

 

Selon l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), en moyenne 1 personne sur 100 serait atteinte d’autisme. Un chiffre alarmant en sachant que beaucoup ne sont pas diagnostiquées et ne bénéficient donc pas d’une prise en charge adaptée. Témoin de cette situation, l’Ordre de Malte France propose différents accompagnements aux personnes atteintes de Troubles du Spectre Autistique.

 

L’autisme : qu’est-ce que c’est ? 

L’autisme est caractérisé par un ensemble de troubles du comportement, de la communication et des interactions sociales. Vécu comme un véritable handicap, l’autisme est aujourd’hui connu sous l’acronyme TSA (Troubles du Spectre Autistique), anciennement TED (Troubles Envahissants du Développement).

 

L’Ordre de Malte France accompagne depuis presque 25 ans des personnes atteintes de TSA et troubles apparentés. Les professionnels de la santé et bénévoles de l’association sont formés au médico-social et notamment à l’accueil des personnes atteintes d’autisme. L’objectif étant de prodiguer des soins adaptés aux spécificités des résidents.

 

Les symptômes de l’autisme sont nombreux, ce qui explique les difficultés pour un médecin de poser un diagnostic. Dans le DSM-5 (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux), les symptômes sont regroupés sous deux grandes typologies : 

  • les troubles de la communication et des interactions sociales
  • les troubles du comportement

 

À noter, certains symptômes précoces doivent alerter :

  • Si votre enfant ne babille ou ne gazouille pas à l’âge de 12 mois.
  • S’il ne fait pas de gestes pour communiquer, comme pointer un objet ou une image.
  • Si, à l’âge de 16 mois, il ne dit aucun mot.
  • Si, à l’âge de 24 mois, il ne dit pas de phrase de deux mots.
  • S’il semble perdre son langage ou des habiletés sociales déjà acquises.

 

Il est conseillé de consulter un médecin pour évaluer la possibilité que l’enfant soit atteint de troubles autistiques. Les équipes de l’Ordre de Malte France sont pluridisciplinaires et composées, entre autres, de médecins pouvant assurer le suivi médical des personnes accueillies.

 

Troubles du spectre autistique : langage et communication 

L’autisme peut être repéré très tôt. Les signes alarmants liés aux troubles du langage et de la communication sont souvent observés dès l’entrée à l’école. En effet, les professionnels de la petite enfance et l’entourage familial peuvent remarquer un décalage de développement du langage comparé aux autres enfants du même âge.

 

On remarque notamment : 

  • Un retard ou bien une absence totale de développement du langage parlé. L’enfant n'essaie pas de compenser par d'autres modes de communication, comme la mimique ou le geste.
  • L’enfant ne comprend pas ce qu’on lui dit et il s’exprime par des mots au lieu de faire des phrases. Il y a une déficience du langage.
  • L’enfant semble perdre l’usage de mots ou de phrases déjà acquis.
  • L’enfant peut répéter des mots mais n’en comprend pas le sens.

 

À 3 ans, l’enfant est à un stade avancé du développement de la capacité langagière. Pour un enfant atteint d’autisme infantile, les troubles de la communication suivants peuvent survenir :

  • Une incapacité marquée à engager ou à soutenir une conversation avec autrui.
  • Une façon anormale de communiquer avec autrui.
  • Un usage stéréotypé et répétitif du langage.
  • On peut observer certains enfants parler avec un rythme ou une tonalité peu commune : une voix à l’aspect mécanique ou chantant.

 

Il est possible d’effectuer un travail de fond pour atténuer ces symptômes. En tissant un réseau d’intervenants médico-éducatifs autour de l’enfant, une prise en charge globale peut être mise en œuvre. Diversifier les expertises professionnelles permet de prodiguer un accompagnement complet et de travailler sur les potentialités de l’enfant. C’est ce que propose l’Ordre de Malte France au sein de ses 5 établissements spécialisés et du SESSAD

 

L’autisme et les interactions sociales 

Parce qu’interagir avec son entourage social peut être une vraie épreuve pour la personne autiste, les équipes pluridisciplinaires de l’Ordre de Malte France mettent en œuvre différentes méthodes d’apprentissage des habiletés sociales. Pour développer les interactions, nous favorisons les rencontres par le biais d’activités en extérieur, de voyage, et également par l’insertion dans le monde du travail. 

 

Les habiletés sociales regroupent l’ensemble des capacités à utiliser les usages normés de socialisation, par exemple : dire bonjour en serrant la main, regarder son interlocuteur dans les yeux durant une conversation, ne pas toucher tous les produits dans un magasin, etc. Pour les personnes atteintes de TSA, les habiletés sociales ne sont pas acquises. Les troubles des interactions sociales les empêchent d’imiter les comportements sociaux de leur entourage.

 

La personne autiste a tendance à se replier sur elle-même et n’a pas ou peu de contact social. Elle ne cherche pas spontanément à partager ses intérêts avec d'autres personnes. On observe également un manque de réciprocité sociale ou émotionnelle. Le travail de l’Ordre de Malte France consiste, entre autre, à encourager les comportements de socialisation, à hauteur de ce que peuvent réaliser les résidents. 

 

Chez l’enfant, d’autres symptômes de l’autisme peuvent alerter :

  • L’enfant ou le bébé ne regarde pas dans les yeux ;
  • Il ne rend pas le sourire ;
  • L’enfant ne répond pas lorsqu’on l’appelle par son nom ;
  • L’enfant ne regarde pas ce que l’on pointe du doigt, ou ne pointe lui-même jamais un objet du doigt pour le montrer ;
  • Il y a une résistance constante aux câlins ;
  • L’enfant a des difficultés à comprendre les expressions faciales ;
  • Il peut aussi avoir des difficultés à interpréter les émotions des autres ;
  • Il a des difficultés à exprimer son ressenti, par exemple il peut être complexe pour ses parents de savoir si l'enfant a mal quelque part ;
  • L’enfant autiste préfère jouer seul ;
  • Il est incapable d’établir des relations avec des enfants du même âge / d’un même niveau de développement.

 

Ces symptômes peuvent être repérés rapidement. Si un doute subsiste, il est plus judicieux d’aller directement consulter le médecin.

 

TSA et troubles du comportement

Pour la prise en charge des personnes autistes et notamment des personnes ayant des troubles du comportement, l’Ordre de Malte France se base sur des approches comportementales, éducatives et cognitives. Les équipes médico-sociales utilisent, parmi d’autres, les méthodes : 

  • TEACCH, pour l’adaptation de l'environnement à l'individu ;
  • ABA, pour le développement des compétences de l'individu ;
  • PECS, pour le développement de la communication.

 

Ces approches permettent à la personne atteinte de TSA d’adoucir certains symptômes. Beaucoup sont liés à des comportements atypiques :

 

La personne atteinte d’autisme a une réelle résistance au changement qui peut se témoigner par des réactions excessives comme les pleurs ou le développement d’habitudes maniaques. La personne autiste est très dépendante de ses routines ou de rituels particuliers.

 

L’enfant est incapable de jouer avec son imagination. Il s’agit d’une compétence acquise vers les deux ans. Il n’imite pas ce qu’il voit et est incapable d’apprendre par l’exemple. 

 

On observe souvent les personnes autistes ayant des gestes stéréotypés, inutiles et répétés avec énervement. Il peut s’agir, par exemple de se balancer, de tourner sur soi, d’agiter les mains ou de les porter l'une vers l'autre de façon répétée et rapide, d’agiter des bouts de ficelle devant les yeux, de faire tourner des objets, etc.

 

Il peut également y avoir une hypersensibilité (le fait d’être particulièrement sensible) ou une hyposensibilité (le fait d’être quasi-insensible). Ces phénomènes atteignent plusieurs sens : 

 

  • Les sensations de toucher certaines textures, mais aussi le contact physique avec autrui comme les câlins, peuvent être désagréable voire vécu comme une agression. 
  • Les sollicitations sensorielles fortes comme la lumière et les sons peuvent également être sources d’un profond malaise, on l’observe par exemple dans les centre-commerciaux. 
  • La personne peut aussi être insensible à la douleur. On estime que les personnes atteintes de TSA ayant ces symptômes ont un trouble du traitement de l'information sensorielle.

 

Les personnes sujettes à l’autisme se voient préoccupées de façon persistante par des objets ou par certaines parties d’objets. On repère également une préoccupation restreinte à un ou plusieurs centres d'intérêts stéréotypés. L’intérêt est vu comme anormal par son intensité ou son orientation. 

 

On peut parfois noter un retard psychomoteur notamment dans le développement de la motricité fine. 

Certains enfants atteints d’autisme bougent continuellement.

Ils sont régulièrement sujets à des crises de colères, à des gestes agressifs dirigés contre eux (auto-agressivité) et/ou dirigés vers autrui (hétéro-agressivité).

 

Attention : certains symptômes peuvent être communs à d’autres pathologies ou déficiences mentales, intrinsèquement liés à l’autisme. Par exemple le Syndrome de Rett et le Trouble désintégratif de l'enfance cumulent certains de ces symptômes. C’est la raison pour laquelle un diagnostic permet d’éclairer sur la pathologie existante.


Pour toujours améliorer l’accompagnement des personnes atteintes de Troubles du Spectre Autistique, l’Ordre de Malte France a besoin de votre soutien. Faites un don.