Open menu

Alors que la crise sanitaire liée au Covid-19 est loin d’être finie, les personnes accompagnées au sein des établissements médico-sociaux et sanitaires ressentent profondément le changement.

Contacts plus espacés avec l’extérieur, nouvelles modalités des activités du quotidien… C’est tout un équilibre qui est bouleversé, au rythme des évolutions des restrictions sanitaires. Nathalie Jousselin est animatrice socio-éducative à la Maison d’Accueil Spécialisée Saint-Jean de Jérusalem à Rochefort, géré par l’Ordre de Malte France. Elle témoigne.

Quelles sont les activités que vous proposez aujourd’hui aux résidents de la MAS ? 

Les activités se déroulent désormais davantage à l’intérieur de l’établissement. Nous proposons des promenades régulières dans le quartier. Les durées de ces temps qui permettent aux résidents de se ressourcer sont variables. Les professionnels sont vigilants à satisfaire les demandes du plus grand nombre.

 

Nous nous appuyons sur le cycle des saisons afin de donner des repères aux résidents. L’arrivée du printemps avec Pâques, l’été, Halloween, Noël… d’autres fêtes viennent également ponctuer l’actualité de nos ateliers qui donnent lieu à des échanges, y compris pendant le confinement.   

Depuis ces dernières semaines, la période des fêtes de fin d’année permet de se concentrer sur la confection de décorations de Noël. Nous avons aussi des ateliers arts plastiques dédiés à la création sous toutes ses formes, collages, peintures, modelage… Nous proposons également des temps de relaxation en salle snoezelen, des temps de massages, d’esthétique, de coiffure, ou encore des lectures de contes, des films...

Enfin, nous envoyons chaque mois aux familles La Gazette qui met en avant les différents temps de partage au sein de l’établissement. Ce « fil d’Ariane » nous a permis de conserver le lien avec les familles, de les rassurer et de donner de la matière lors des échanges téléphoniques ou en visio, avec leurs proches. 

MAS Rochefort Eddy B et Nathalie J

Comment avez-vous adapté toutes ces activités, dans le contexte sanitaire actuel ? 

Nous proposons les activités par unité de vie. Concrètement, chaque résident reste au sein de son lieu de vie pour profiter des activités avec les accompagnants. Cela peut se faire individuellement ou par groupe de 4 à 5 résidents de la même unité, en fonction de l’activité. 

En ce qui concerne les familles des résidents, elles peuvent rendre visite à leur proche sur la structure, dans un espace dédié. On s’assure du respect le plus strict du protocole sanitaire.

Quelles sont les difficultés qui pèsent particulièrement pour maintenir ces activités ?

Les difficultés sont plutôt liées à la circulation entre les unités de vie et les salles d’ateliers. Nous faisons attention à ce que les personnes se croisent le moins possible. Certaines activités particulièrement investies par les résidents ont malheureusement dues être interrompues. Ces temps propices à la socialisation comme l’équitation ou les rencontres avec d’autres structures ont pu générer de la frustration chez certains résidents.  

Alors que ce temps inédit a permis un « retour » plus marqué sur les unités, nous avons observé des comportements différents en fonction des résidents. En effet, certaines personnes ont profité de cette structuration pour investir davantage leur unité. D’autres, au contraire ont pu évoquer le fait d’être limité dans le cadre de leurs interactions. Ces restrictions forcées ont alors été vécues comme des limitations de leur espace de liberté. 

Focus sur le métier d’animateur socio-éducatif : au sein des établissements médico-sociaux et sanitaires, l’animateur socio-éducatif se charge de faire le lien entre les équipes, en accompagnement direct, afin de mettre en œuvre les objectifs concertés du Projet Individualisé. Son regard technique permet la mise en cohérence des attentes des résidents avec les besoins constatés. Les activités proposées (éducatives, sportives, ludiques, culturelles et thérapeutiques) servent de média et sont envisagées à travers des notions de plaisir, de compétences et d’adhésion. Travaillant en étroite collaboration avec la Direction, il représente l’établissement dans les manifestations locales ou partenariales. Il contribue ainsi à favoriser l’insertion citoyenne des personnes accueillies. De par sa capacité de co-construction et son regard systémique sur la vie de la structure, l’animateur socio-éducatif est une personne ressource dans l’équipe pluridisciplinaire. 

 

 

Nos établissements médico-sociaux en France

L'Ordre de Malte France dans votre département