Bien que la France soit l'un des pays d’Europe où le taux de pauvreté est le plus bas, celui-ci augmente depuis 10 ans. Aujourd'hui encore, 9 millions d’individus vivent aujourd’hui sous le seuil de pauvreté monétaire. (Source Rapport sur la Pauvreté en France - Observatoire des Inégalités, octobre 2018) Cela représente près de 14 % de la population française. Ce constat alarmant montre une pauvreté qui s'enracine. La mobilisation de chacun d'entre nous est essentielle !

Le message de la campagne

« Certains traversent pour l’éviter, nous, c’est pour l’aider. » tel est le message de notre campagne hivernale 2018-2019 #FaitdHiver. Des mots qui ont pour objectif d’interpeller et de sensibiliser les Français dans un contexte où la pauvreté non seulement se généralise mais revêt de nouveaux visages.

Face à cette détresse dont souffrent les invisibles de la société, il est plus que jamais nécessaire d'agir.affiche campagne hivernale odmf

Les multiples visages de la pauvreté

Enfance difficile, difficultés financières, accidents de la vie… Autant de facteurs qui peuvent précipiter la chute et amener la rue. La pauvreté exclut bien au-delà des aspects matériels ou monétaires : accès aux soins, aux loisirs, à l’emploi... Mais c'est la rupture du lien social qui est la plus difficile à vivre.

En l’espace d’une décennie, le profil des personnes en situation de précarité a beaucoup évolué. Femmes, familles monoparentales, migrants et réfugiés, jeunes en « rupture » ou encore enfants en bas âge.

 

Des chiffres édifiants

9 millions de pauvres en France vivent avec moins de 1 026 euros par mois (Source Rapport sur la Pauvreté en France - Observatoire des Inégalités, octobre 2018)

142 000 personnes sont sans abri en France, dont 30 000 enfants (Source Insee, 2012)

35 % des familles monoparentales sont considérées comme pauvres (Source Insee, 2016)

8 % des travailleurs sont pauvres (Source Insee, 2016)

38 % des chômeurs vivent sous le seuil de pauvreté (Source Insee, 2016)

38 % des personnes sans abri sont des femmes (Source Insee, 2012)

50 ans est l’espérance de vie moyenne d’une personne sans abri (Source Collectif des Morts de la Rue, 2017)

campagne hivernale homme rue

© Cyril Marcilhacy

 

Agir sur tous les fronts de la solidarité

« Dans une époque où la haine et la violence se déchaînent, où l’isolement des plus pauvres, des plus âgés et des plus fragiles menace notre cohésion sociale, la « proximité » est devenue une valeur. Ce sens de l’hospitalité, qui fonde l’engagement de notre organisation, n’est rien d’autre que la mise en œuvre de cette proximité envers le prochain, cette attention apportée sans relâche au plus fragile, où qu’il soit, quel qu’il soit. »

Yann Baggio, Président de l'Ordre de Malte France

 

Des actes simples comme prendre une boisson chaude, trouver des toilettes ou laver ses vêtements relèvent toute l’année du parcours du combattant lorsque l'on est en situation de grande précarité. Chaque jour, nos équipes vont à la rencontre des plus vulnérables pour soulager leur quotidien, préserver leur dignité et leur apporter un peu de chaleur humaine.

126 équipes (soit 4 000 bénévoles) de l’Ordre de Malte France se mobilisent partout en France cet hiver. Le seul mot d'ordre est la solidarité : maraudes, petits-déjeuners, distributions alimentaire, accueils de jour, consultations médicales, etc. 25 de nos équipes se consacrent exclusivement aux maraudes auprès des personnes sans abri, qu’elles soient sociales ou médicales.

Ce ne sont pas les températures extrêmes qui tuent mais l'usure, la solitude, la violence de la rue et la perte d'estime de soi. Nos équipes sont engagées toute l'année auprès des plus fragiles pour lutter contre l'exclusion au sein des structures d’hébergement du Fleuron Saint Jean (Centre d’Accueil et d’Hébergement d’Urgence), du Fleuron Saint Michel (Centre d’Hébergement de Stabilisation) et à travers de nombreuses actions de proximité.

 

Nos chiffres clés 2017 dans la lutte contre l'exclusion
118 actions de proximité
17 000 personnes soutenues
60 000 petits déjeuners, soupes et repas distribués
Chaque jour, près de 100 sourires échangés en maraude
Plus de 6 000 actes de soins dispensés aux personnes en situation de précarité

« Vous savez quoi, on a du bonheur dans la rue quand vous venez aider et soigner les sans abri et ça s’est super. »

Nicole*, personne sans abri, à l’un de nos bénévoles
*Le prénom a été changé.

campagne hivernale femme rue

© Cyril Marcilhacy

Des actions inter-associatives avec l'appui de nombreux partenaires
Les pauvretés évoluent plus vite que nos systèmes de solidarité. Sur le terrain, l’Ordre de Malte France s’adapte et travaille en étroite collaboration avec de nombreux partenaires, structures et organismes. L’objectif ? Définir une réponse collective pertinente issue de la synergie de tous les acteurs de la solidarité.

La bagagerie Cœur du Cinq, créée à l’initiative de Ville de Paris et dont l’Ordre de Malte France et le Secours Catholique sont partenaires, en est un exemple. Située le 5e arrondissement de la capitale, la bagagerie possède une double vocation : proposer un service de « consigne à bagages » avec 54 casiers où les personnes de la rue peuvent déposer leurs affaires personnelles et être un lieu d’accueil où une attention particulière est portée à chacun.

La Cravate solidaire, association qui aide les demandeurs d’emploi à paraître sous leur meilleur jour lors d’un entretien d’embauche, montre également l’importance d’un maillage entre les différents acteurs accompagnant les plus démunis. La plupart des bénéficiaires de La Cravate solidaire sont envoyés par des associations dont l’Ordre de Malte France et des missions locales.

 

« Les personnes sans abri se plaignent de ne pas exister.
Même quand les passants leur donnent une pièce, ils ne leur parlent pas. Parfois, ils ne les regardent même pas.
Le monde de la rue est dominé par le manque de reconnaissance... »

Catherine, bénévole de l’Ordre de Malte France à Colmar

 

Des conseils pour aider les plus démunis

picto solidarite

Vous croisez de plus en plus de personnes en difficulté dans les rues mais vous ne savez pas comment vous y prendre pour les aider ? Préjugé, gêne ou peur de mal faire… Différentes causes de blocage existent !

Parce que la solidarité est l'affaire de tous, voici 5 façons d’aider concrètement, chacun à son niveau :

  • Être attentionné

Un sourire, un regard bienveillant ou un simple bonjour permet de commencer à briser l'isolement...

  • Communiquer

Un échange verbal même minime renoue un lien humain.

  • Demander si la personne a besoin d’aide

La rue entraîne une perte de repères et de temporalité. La honte pousse souvent les personnes sans abri à se replier sur elles mêmes. Conséquence ? Elles n’osent pas forcément demander une aide extérieure. Il est important d'être à l'écoute sans les brusquer et de leur proposer une aide.

  • Passer le relai aux professionnels

Pour signaler une situation de détresse, le 115, numéro d’urgence du Samu social, est à contacter. Entièrement gratuit, ce numéro est accessible 24 h / 24, 365 jours / an. En cas d’urgence sanitaire, les pompiers (18) ou les urgences médicales (15) sont à privilégier.

  • Accepter ses propres limites

Un situation anodine peut rapidement dégénérer. Il est important de ne pas outrepasser ses capacités ni de se mettre inutilement en danger. L’aide apportée aux personnes en difficulté doit être complémentaire de celle des professionnels.

Personne sans abri

 © Camille Millerand

Nos actions de lutte contre l’exclusion existent en grande partie grâce à votre générosité. 
Pour que nos équipes continuent d'aider les plus démunis, nous avons besoin de vous !

Faites un don

Outils de communication

Vous souhaitez sensibiliser votre entourage et partager notre campagne ?

Téléchargez les outils média :