International - Publié le 21/03/2023 Lecture 8 min

Séisme en Syrie et en Turquie : le témoignage d’un mariste bleu

Malteser International

Le 6 février dernier, la terre tremblait sous les femmes, les enfants, les hommes des régions situées à la frontière de la Syrie et de la Turquie. Plus de 50.000 morts sont à déplorer, dont près de 3700 en Syrie. Mobilisé très rapidement après la catastrophe, l’Ordre de Malte France a pu s’appuyer sur des membres de l’Ordre de Malte présents localement. C’est le cas du docteur Nabil ANTAKI, qui soutient les actions de l’Ordre de Malte France en Syrie depuis plus de 20 ans, et qui a publié aujourd’hui un témoignage et un appel à l’aide.

LETTRE D’ALEP No 46 (15 mars 2023) ZELZAL : un autre malheur dans la tragédie syrienne

Quarante-cinq secondes ont suffi à mettre toute la population d’Alep dans la rue. Il était 4h17 du lundi 6 février 2023 ; c’était la nuit ; il pleuvait ; il faisait froid, 2 degrés Celsius. Et la terre trembla. Des immeubles s’effondrent, d’autres bougent, surtout les étages supérieurs ; les meubles dansent ; les bibelots et tableaux tombent par terre ; les vitres se brisent ; des murs se lézardent ; des pierres ou des bouts de ciments ou de plâtre tombent des murs ou des plafonds blessant les habitants ; les bouteilles d’huile, de sirop, de détergents sortent de leurs placards à la cuisine et se déversent sur le sol ; et surtout le bruit assourdissant, un bruit terrifiant, un bruit de portes qui claquent, de fenêtres qui s’ouvrent ; et ça a duré, duré, 45 secondes comme une éternité.

Les Alepins endormis se sont réveillés en sursaut : les enfants criaient, les adultes étaient terrifiés ne sachant pas ce qui se passe avant de réaliser que c’est un tremblement de terre (Zelzal en arabe). C’est la panique. Les gens courent, descendent les escaliers, se bousculent, certains tombent et se cassent les membres ; et tout le monde, deux millions de personnes, se retrouvent dans la rue en pyjama et certains pieds nus, sous la pluie et dans le froid. Des immeubles s’écroulent, des étages supérieurs tombent, des pierres pleuvent d’en haut blessant ou tuant des personnes réfugiées dans la rue.

C’est la pagaille. Ceux qui possèdent une voiture veulent fuir leurs quartiers pour aller se garer dans des terrains vagues sans immeubles autour ; des embouteillages ralentissent la fuite. Les autres essayent de se réfugier dans des parcs publics, dans des Églises ou des Mosquées. Les grandes avenues et le périphérique sont, depuis, remplis de voitures garées le long des trottoirs avec des familles qui passent la nuit dans leurs autos. Des milliers de familles ont dressé des tentes dans tous les terrains vides et y vivent depuis le séisme. Les principaux stades sportifs d’Alep sont bondés de milliers de familles. Presque toute la population d’Alep est restée des journées « dans la rue ».

Nous avons appris plus tard que le séisme était d’une magnitude de 7,8 à l’échelle de Richter avec comme épicentre une ville du sud de la Turquie à quelques 100 km au nord d’Alep.

Malteser International

Moins d’une demi-heure après le tremblement de terre, nous, Les Maristes Bleus, avons ouvert les portes de notre résidence pour accueillir ceux qui voulaient se réfugier chez nous ; nous avions lancé des appels sur différents réseaux sociaux et répondu à des dizaines d’appels téléphoniques pour dire « vous êtes les bienvenus chez nous ». En quelques heures, plus de mille personnes, de toutes confessions, transies par le froid, trempées par la pluie, tremblant de peur, criant, pleurant sont venues ; Rapidement, nos bénévoles, accourus, ont distribué une boisson chaude, les quelques couvertures et matelas que nous avions ; et il fallait réconforter, calmer, rassurer et écouter ; et mettre les gens au chaud dans toutes les pièces de la résidence, y compris à la cuisine. Heureusement que les 2 cours du couvent sont couvertes ; ceux qui n’avaient pas de place à l’intérieur se sont réfugiés là sur des chaises en attendant la levée du jour. Dès le matin, il fallait donner à manger à tous, faire la cuisine à mille personnes, donner du lait aux enfants, débrouiller des couvertures et des matelas pour tous et faire de la place pour tout le monde pour la nuit suivante.

À peine les gens étaient un peu plus calme qu’un deuxième séisme d’une magnitude de 7,7 survint à 13h24. Alep n’avait pas connu un tel tremblement de terre depuis 1822.

Dans les semaines qui ont suivi, de petites secousses ont eu lieu tous les jours semant l’effroi dans la population jusqu’au lundi 20 février quand une 3ème secousse de magnitude de 6,3 survint à 20h04.

Malteser International

De plus, les Syriens de la diaspora ont, dès le 1er jour, organisé des collectes d’argent et de matériel et ont entrepris des initiatives pour nous envoyer des fonds.

Nos amis occidentaux ont fait de même avec une grande générosité. Sans oublier le rôle très important de nombreuses associations caritatives et de solidarité internationales, surtout chrétiennes, qui se sont dépensées comme jamais pour répondre à nos besoins essentiels.

Des pays amis ont envoyé de l’aide et des équipes de déblaiement des décombres ou des équipes médicales. Une centaine d’avions ont atterri à l’aéroport d’Alep venant du Maroc, de Tunisie, d’Algérie, de Jordanie, d’Égypte, du Venezuela et même du Bengladesh pour ne citer que quelques-uns. Puis, l’aéroport d’Alep, où atterrissaient les avions qui amenaient de l’assistance, a été récemment bombardé par nos voisins du Sud le rendant impraticable !

Alors que des centaines d’avion occidentaux ont amené des secours en Turquie, un seul avion européen a atterri en Syrie. Quelle honte !! Les gouvernants des pays des droits de l’Homme et de la « démocratie » étaient-ils convaincus que la population sinistrée de Syrie souffrait moins que celle de Turquie parce qu’elle vit dans un pays sous sanctions ? Ne pouvaient-ils pas mettre de côté leurs sanctions pour apporter une assistance humanitaire à une population souffrant d’un désastre naturel ? C’est pour le moins scandaleux. Ces pays prétendaient, depuis des années, que l’aide humanitaire et les équipements médicaux étaient exemptés de sanctions. D’abord, en réalité, ceci n’est pas vrai. D’autre part, si cela était vrai, pourquoi ont-ils allégé les sanctions, pour 180 jours, pour l’aide humanitaire si elle était déjà exemptée ?

Heureusement que les hommes et femmes de ces pays ont réagi autrement que leurs gouvernants et ont été d’une solidarité et d’une générosité exemplaires.

Ces sanctions, imposées unilatéralement depuis plus de 10 ans par les pays occidentaux sur le peuple syrien et la Syrie sont inefficaces et injustes ; elles ont appauvri la population qui souffre d’une crise économique très grave faute d’investissements extérieurs interdits par les sanctions.

Elles nous font souffrir en mettant un embargo sur beaucoup de produits, ce qui occasionne une pénurie de fioul, d’essence, de pain et d’électricité.

Elles tuent : la plupart des immeubles effondrés lors du séisme étaient fortement endommagés par la guerre mais étaient habités par des gens qui n’avaient pas d’autres choix ; ces immeubles (et il y en a des dizaines de milliers) n’ont pas pu être reconstruits parce que la reconstruction est interdite par les sanctions ; sans parler des dizaines de personnes ensevelies vivantes sous les décombres et mortes parce qu’elles n’ont pas été secourues à temps, faute de machinerie lourde pour déblayer.

Comme aujourd’hui, le 15 mars 2011, il y a 12 ans, ont débuté les évènements en Syrie : la population syrienne a assez souffert depuis et elle est à bout : les années de guerre, les sanctions et la pénurie, la crise économique, le covid-19, le choléra et maintenant le tremblement de terre. Que de malheurs sur un pays qui, jadis, était beau, prospère, sûr et souverain.

Quarante-cinq secondes ont suffi à mettre toute la population d’Alep dans la rue ; une population déjà à terre après 12 années de tragédie et de malheurs. Mais le peuple Syrien est un peuple fier et digne, même dans l’adversité. Il ne demande rien d’autre que de pouvoir vivre, de nouveau, normalement, en paix.

Aidez-nous à faire lever les sanctions.
Merci pour votre amitié et votre solidarité.
Dr Nabil Antaki pour les Maristes Bleus

 

L’Ordre Malte France est présent en Syrie continuellement depuis plus de 20 ans, à travers des projets en soutien aux enfants et aux femmes, en particulier dans la région d’Alep. C’est la raison pour laquelle l’association a concentré son aide dans cette zone qu’elle connaît.

 

 

Chaque jour, nous agissons auprès des plus fragiles. Aidez-nous à les soutenir !

Actualités qui pourraient vous intéresser

International - 26.02.2024

Santé mère-enfant au Togo : l’hôpital d’Elavagnon à la pointe


International - 24.01.2024

Vietnam : un bus pour les malades de la lèpre


International - 21.12.2023

Orthopédiatrie au Sénégal : l’espoir d’une vie meilleure pour les enfants souffrant de malformations


Toutes les actualités


Comment agir avec nous ?

Nous soutenir
Nous soutenir

Faire un don, c’est soutenir l’action de nos bénévoles. Ils nous permettent d'aider chaque année des millions de personnes.

Devenir Bénévole
Devenir Bénévole

Un engagement sur-mesure près de chez vous en fonction de votre disponibilité et de vos aspirations.

Se former
Se former

Faites le choix de devenir un acteur de sécurité civile en vous formant aux gestes qui sauvent.