Open menu
personne âgée souriante

©DiegoRavier

 

Trois millions de Français sont à ce jour touchés directement ou indirectement par la maladie d’Alzheimer. Parce qu’il s’agit d’une véritable priorité sanitaire, l’Ordre de Malte France s’engage dans l’accompagnement des personnes âgées atteintes d’Alzheimer. Les premiers témoins du développement de la maladie sont souvent l’entourage proche, c’est pourquoi il est essentiel de savoir repérer les symptômes de l’Alzheimer.

 

Oublis fréquents et amnésie

La maladie d’Alzheimer est une pathologie neurodégénérative, elle affecte les neurones du cerveau. La partie la plus touchée est l’hippocampe, il s’agit de la zone traitant les fonctions cérébrales de la mémoire. Les personnes atteintes d’Alzheimer font face à des oublis très fréquents. Suivant le type d’Alzheimer, l’amnésie peut se traduire différemment.

 

Il peut s’agir d’oublis à court terme, par exemple une question qui vient d’être posée à l’instant ou bien un rendez-vous qui avait été programmé dans la semaine. Cela peut également s’apparenter à la perte d’effets personnels, par exemple les clés ou les papiers d’identité. La personne a de plus en plus de difficultés à enregistrer des événements récents de sa vie.

 

Il est possible que ce phénomène mute progressivement en une perte de mémoire à long terme. L’amnésie touche des souvenirs de plus en plus anciens, la personne peut donc avoir des difficultés à se rendre compte de la réalité temporelle dans laquelle elle se situe.

 

Certaines thérapies sont utilisées pour stimuler la mémoire des personnes atteintes d’Alzheimer. L’Ordre de Malte France utilise la thérapie par réminiscence au sein de ses EHPAD. Elle vise à faire ressurgir des souvenirs au travers de mises en scène et projections liées au passé de la personne. Cette technique développe également la socialisation par le biais des échanges et des rencontres.

 

Désorientation 

La personne peut ressentir un trouble de l’orientation. C’est-à-dire qu’elle ne saura pas toujours où elle se trouve et quand. Il s’agit d’un trouble de la reconnaissance spatio-temporelle. Puisqu’il lui est parfois impossible de reconnaître un environnement familier, son propre domicile par exemple, la personne va donner place à des déambulations. Elle semble marcher sans but précis. Pour éviter tout accident, il est possible de mettre en place des solutions.

 

Aphasie

Le trouble du langage est l’un des premiers signes annonciateurs de la maladie d’Alzheimer. Il complexifie la communication verbale et rend difficile la compréhension des échanges avec autrui. La personne atteinte d’Alzheimer peut aussi avoir des problèmes pour comprendre et utiliser les chiffres. Cette situation rend certains actes de la vie quotidienne quasi impossibles, comme faire ses courses par exemple.

 

Pour maintenir au maximum les capacités langagières des personnes accueillies, l’Ordre de Malte France utilise, au sein de ses EHPAD, des méthodes novatrices : la thérapie par réminiscence, mais aussi la médiation animale. Les résidents peuvent partager des moments de douceur avec un animal de compagnie. Il peut s’agir d’échanges quotidiens, avec un petit colocataire poilu comme le chat Hélios de la Maison Saint-Jean, mais aussi d’ateliers spécialement dédiés avec un chien et une psychologue pour animer ces temps.

 

Dysorthographie 

On peut également noter un second trouble qui entrave la communication : la dysorthographie ou trouble de l’écriture. La personne ne sait plus trouver ses mots et/ou n’arrive pas à les retranscrire par l’écrit.

 

Pour pallier cette difficulté, on peut proposer un temps pour accompagner la personne à écrire des petits épisodes de sa vie dont elle se souvient. Les équipes médico-sociales de l’Ordre de Malte France ont l’expérience pour mettre en place ce type d’ateliers “mémoire” comme à la Maison Saint-Paul par exemple.

 

Perte de la faculté de jugement

Une personne touchée par la maladie d’Alzheimer peut avoir du mal à juger une situation. Ce trouble cognitif se traduit par des soucis de perception. La personne peut ne pas se rendre compte de la gravité d’un événement ou de l’importance de réaliser une tâche spécifique.

 

Maintenir à domicile une personne âgée atteinte d’Alzheimer n’est pas sans risque : puisqu’elle souffre de troubles du raisonnement, la personne peut se mettre rapidement en danger. Heureusement, il existe des solutions d’hébergements qui permettent de garantir la sécurité et de prodiguer les soins essentiels au bien-être des personnes âgées dépendantes.

 

Soucis de planifications et de résolutions de problèmes

La maladie d’Alzheimer impacte principalement les fonctions cognitives, ce qui implique des difficultés dans la résolution de problèmes. En d’autres termes, la personne a du mal à se concentrer et à trouver une issue dans une situation très commune, par exemple trier son courrier ou lancer un programme de machine à laver.

 

Lorsque la personne a besoin de planifier sa semaine ou un rendez-vous, elle sera dans l’incapacité de le faire. Elle parvient de moins en moins à se projeter dans le temps.

 

Retrait de la société

La personne touchée par des symptômes de l’Alzheimer peut se rendre compte de ses manquements durant les premiers stades de la maladie. L’apparition de la dégénérescence peut renvoyer à la personne une image négative d’elle-même. Les personnes touchées par l’Alzheimer ont tendance à se replier sur elles et à se retirer des environnements sociaux comme le travail et autres espaces d’échanges.

 

La survenue de la dépendance n’est pas l’unique raison de ce retrait, les changements d’humeur fréquents peuvent y participer. Lorsque l’on subit un épisode de déprime ou de démotivation, l’on est peu enclin à s’entourer socialement.

 

Apathie et autres troubles de l’humeur

La personne atteinte d’Alzheimer subit des changements d’humeur, dont un manque de motivation persistant appelé apathie. On estime qu’environ 60% des personnes atteintes d’Alzheimer sont touchées par ce phénomène.

 

L’anxiété est un trouble de l’humeur fréquent, la personne est dans un état émotionnel d’angoisse ou de peur sans raisons apparentes. Elle va potentiellement répéter les mêmes questions ou bien effectuer des vérifications manuelles sans cesse. Il est très important de rester à ses côtés et de la rassurer.

 

La colère peut survenir à tout moment : la personne atteinte d’Alzheimer peut avoir des excès de colère brusques ou se trouver très impatiente. Au contraire, elle peut aussi se trouver complètement euphorique et rire à des choses qui paraissent insensées ou puériles.

 

Ces modifications soudaines de l’humeur peuvent interroger l’entourage, la personne semble même changer de personnalité. Quelqu’un de jovial d’origine peut se voir devenir particulièrement agressif par exemple. Ce symptôme de l’Alzheimer ne doit pas être délaissé. Il faut comprendre que les personnes atteintes se trouvent frustrées face à la détérioration de leurs capacités. Elles ont souvent tendance à se murer dans un état dépressif, à se dévaloriser et à se voir comme une charge pour leur entourage.

 

Troubles du comportement perturbateurs

Parmi les différents troubles, on retrouve également les troubles du comportement perturbateurs. La personne peut être désinhibée et réalise alors des actions en faisant fi du regard des autres. Elle fait ou dit des choses inadaptées en société. Elle perd la notion des barrières et interdits, et agit impulsivement sans réfléchir aux conséquences.

 

Apraxie

L’apraxie est un symptôme qui engendre la perte d’autonomie. La personne atteinte rencontre des difficultés à accomplir les tâches du quotidien et à réaliser des gestes simples, comme tenir une fourchette par exemple, malgré le bon fonctionnement des membres. La maladresse gestuelle intervient le plus souvent dans les activités qui demandent de la concentration. La personne se trouve également en difficulté lorsqu’il s’agit d’effectuer deux tâches à la fois. La pollution sonore aggrave d’autant plus l’apraxie.

 

Pour aider une personne atteinte de ce symptôme, il est possible d’appliquer la programmation volontaire : c’est-à-dire qu’on va venir faciliter l’action en préparant le mouvement de la personne. Pour qu’elle puisse se laver les dents elle-même par exemple, l’aidant peut lui appliquer le dentifrice et placer la brosse-à-dents dans la main de la personne. Elle garde ainsi une autonomie d’action mais le geste est facilité.

 

Agnosie

L’agnosie, c’est l’impossibilité de reconnaître des personnes familières ou des objets. Ce signe de la maladie est particulièrement perturbant, non seulement pour la personne atteinte d’Alzheimer mais également pour l’entourage. Cette difficulté résulte de l’impossibilité à faire le lien entre la perception de l’objet, et les connaissances que la personne malade en a.

 

L’éveil sensoriel peut permettre à la personne de se remémorer certaines choses. C’est pourquoi les équipes médico-sociales de l’Ordre de Malte France n’hésitent pas à utiliser la méthode Snoezelen comme support. Plonger la personne dans un environnement rassurant et agréable peut lui permettre de se concentrer sur chacun de ses sens.

 

Troubles du sommeil et de l’alimentation

Les personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer rencontrent souvent des problèmes au niveau du sommeil. Il peut s’agir de difficulté à l’endormissement, de réveils nocturnes ou d’une inversion du rythme entre le jour et la nuit.

 

Pour pallier ce souci, la personne peut se dépenser dans la journée pour faciliter l’endormissement. Si la personne est fatiguée le jour, il est possible de lui proposer de faire une courte sieste en début d’après-midi tant que cela n’entrave pas l’endormissement à l’heure du coucher. Les aidants de l’Ordre de Malte France ne manquent pas d’idées d’activités pour que les accueillis se dépensent tout au long de la journée et retrouvent un meilleur sommeil.

Contact

Direction des Etablissements Sanitaires et Médico-sociaux
01 55 74 53 27
Mail

 

Directeur
Jacques BOULOT

 

Directrice adjointe
Christine HEEMERYCK