Des lieux anxiogènes marqués par la violence, résultat d’un durcissement de la politique d’éloignement

Les six associations intervenant dans les centres de rétention administrative, dont l'Ordre de Malte France, présentent leur neuvième rapport commun. Elles font le constat d’un dispositif de privation de liberté durci par le gouvernement et utilisé par l’administration, souvent au détriment de la protection des droits des personnes enfermées et notamment de leur santé.

En 2018, 45 851 personnes dont 1 429 enfants ont été privées de liberté dans les centres et locaux de rétention administrative.

Chiffres, analyses et fiches sur chaque centre de rétention en France métropolitaine et en Outre-mer sont téléchargeables ci-dessous :

 

Télécharger le Communiqué de presse du 04/06/2019

Télécharger le Dossier de presse du 04/06/2019

 

Télécharger le rapport complet