Journée Mondiale des Réfugiés : l’intégration par le travail des réfugiés sous la protection de la France

journee mondiale refugies 2019 introduction

Photographies © Maud Fée

Je fais un don



En 2018,
un nombre record de demandes d’asile:

+ de 120 000*

En raison de situations de guerres ou de violences généralisées,
ou par craintes individuelles de persécutions.

Dans des pays tels que
la Syrie, l’Afghanistan ou l’Irak

 

Pour les personnes réfugiées, l’intégration dans une nouvelle société telle que la France, où la barrière de la langue est souvent un obstacle majeur, s’avère être un véritable parcours du combattant.

*Source : Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA)

Accompagner les personnes réfugiées

En France, les équipes de l’Ordre de Malte France accompagnent les personnes dans leurs démarches de demande d’asile et celles faisant suite à la reconnaissance de statut : ouverture des droits, apprentissage du français langue étrangère (FLE), soutien scolaire ou encore insertion par le logement et l’emploi.

La plupart des réfugiés accompagnés jusqu’à présent par l’Ordre de Malte France font preuve d’une véritable volonté d’intégration socio-professionnelle, mais perdent espoir par manque d’opportunités de travailler.

Cours de Français Langue Etrangère

Projet ESP'AIR, un dispositif global d'accompagnement vers et dans l'emploi

Depuis l’été 2014, l’Ordre de Malte France a accompagné, en Indre-et-Loire, plus de 600 primo-arrivants en famille venant majoritairement d’Irak et de Syrie dans leurs démarches juridiques et administratives. 250 adultes ont d’ores et déjà été reconnus réfugiés ou bénéficiaires de la protection subsidiaire par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA).

Pour les aider davantage, l’association a créé le projet ESP’AIR (Elan Solidaire de Parrainages pour l’Accompagnement et l’Insertion professionnelle des Réfugiés) : un programme individualisé d’intégration professionnelle pour les personnes réfugiées.

Ce dispositif, conduit en partenariat et avec le concours financier de l’Etat et la Fondation SUEZ, repose sur l’identification d’employeurs locaux potentiels, un système de parrainage bénévole, la construction d’un projet professionnel, un suivi vers l’emploi et l’apprentissage renforcé du français.

Cours de Français Langue Etrangère

 

Je fais un don


Ils témoignent...

Témoignage

 

Ziadoon, Lina, Oday et Layth font partie des 58 réfugiés irakiens volontaires qui participent au projet ESP’AIR. Concrètement, ce projet permet un accompagnement personnalisé pour favoriser une dynamique de reconstruction, rétablir la confiance en soi et ainsi rendre les personnes réfugiées actrices de leur intégration sociale et professionnelle.

 

Ziadoon et Jean-Pierre : une complicité professionnelle grâce au parrainage

Photo de Ziadoon, réfugié irakien

Ziadoon, irakien de 30 ans, est arrivé en France en juillet 2018. Il est diplômé d’un Master 1 d’ingénieur en production et métallurgie et d’un Master 2 en gestion des risques. Depuis son arrivée en France, il suit des cours de français et participe au projet ESP’AIR (pour être notamment aidé dans ses démarches de reconnaissance de ses diplômes). Il est également accompagné par son parrain Jean-Pierre, gérant d’une scierie en Touraine, pour un coaching professionnel et affiner son projet.




 « Je voudrais trouver un travail et avoir un bel avenir en France. » (Ziadoon, 30 ans)

Lina et Isabelle : une intégration encouragée par un accompagnement personnalisé et bienveillant

Photo de Lina, réfugiée irakienne

Lina, irakienne de 23 ans, est en France depuis octobre 2017. En Irak, elle était étudiante en génie civil. Depuis son arrivée en France, elle suit des cours de français pour obtenir le niveau B2 (français "intermédiaire avancé") et entrer au sein de l’école d’ingénieurs PolyTech à Tours, en génie de l'aménagement et de l'environnement. Elle est accompagnée dans ses démarches administratives et soutenue moralement par Isabelle, notre chargée d’insertion professionnelle, pour favoriser une dynamique de reconstruction.




« Je veux être une femme qui travaille, qui veut faire quelque chose pour la société. » (Lina, 23 ans)

Oday et Jean-Pierre : une relation employé-employeur probante

Photo de Oday, réfugié irakien

Oday, irakien de 43 ans, est arrivé en France en octobre 2017. A Bagdad, il a travaillé dans le garage familial pendant 20 ans. En Touraine, après avoir travaillé pendant 3 mois dans un restaurant en tant qu’aide de cuisine, il a rejoint les rangs d’une scierie dans le cadre d’un CDI. Il a obtenu ce poste suite à un entretien de recrutement organisé par notre chargée d’insertion.






 « Aujourd’hui, je suis heureux. J’aime mon travail car il est différent tous les jours. » (Oday, 43 ans)

 

« J’étais très content le premier jour de mon travail, j’étais vraiment impatient de commencer. J’ai été très bien accueilli par tout le monde à la scierie, mes collègues sont très souriants. L’Ordre de Malte France m’a beaucoup aidé, notamment en me donnant des cours de français à visée professionnelle pour me permettre de comprendre plus vite. C’était une condition imposée par le patron de la scierie : je devais apprendre le français avant de rejoindre son équipe. Alors l’Ordre de Malte France m’a donné des cours particuliers intensifs pendant deux mois. Aujourd’hui, je suis heureux. J’aime mon travail car il est différent tous les jours. J’apprends à reconnaître les différentes essences de bois pour pouvoir ensuite les trier. »

Jean-Pierre Bouvier Muller, le gérant de la scierie résume les clés de ce succès : « Il faut savoir être très ferme sur certains points : on s’intègre notamment en ne parlant que français à la scierie, et très souple sur d’autres. Par exemple, on ne peut attendre d’une personne qui n’a pas notre culture de façon innée qu’elle apprenne de la même façon que quelqu’un qui partage notre culture. Je suis très content de ce troisième recrutement. J’ai tout de suite compris qu’Oday était très volontaire. Son premier jour, j’ai senti une personne heureuse, prête à s’impliquer sans limite pour l’entreprise, et ça, en tant qu’employeur, ça fait très plaisir. »

Layth et Philippe-Jacques : une relation de confiance étudiant-professeur

journee mondiale refugies 2019 FLE layth

Layth, irakien de 22 ans, est arrivé en France en juillet 2017. Après avoir travaillé 4 ans dans le domaine de l’électronique et de la mécanique en Irak, il rejoint le Micro-Lycée de Notre-Dame La Riche à Tours (37) afin de faciliter son immersion dans la culture française. Cette reprise d’études lui permet au travers de stages de réfléchir à son projet professionnel.






« Je cherche à travailler comme cuisinier ou mécanicien car j’aime les deux métiers. » (Layth, 22 ans)

Comment vous engager ?

LE PROJET ESP'AIR EST SOUTENU PAR :

 


logo ministere travail logo investir avenir logo fondation suez