Open menu

Travailler alors que l’on est porteur de troubles du spectre autistique, c’est possible. La preuve : plusieurs personnes accompagnées par l’Ordre de Malte France en Eure-et-Loir ont récemment décroché un emploi ou un stage. Un signe plus qu’encourageant.

Parmi les différents établissements sanitaires et médico-sociaux dont il a la responsabilité, l’Ordre de Malte France dirige des structures dédiées aux personnes porteuses d’autisme. L’approche de l’association : offrir à chaque résident un accompagnement individualisé afin d’encourager son autonomie. L’accès à l’emploi en est une illustration. « Il y a quelques temps, nous avons été en lien avec une entreprise adaptée de Tours qui a étendu son périmètre à Chartres », raconte Fanny Laffaye-Hill, directrice de la Maison-Saint-Fulbert à Lèves, l’une des entités qui composent le Pôle Autisme d’Eure-et-Loir* de l’association.

Des conditions de travail adaptées

C’est ainsi que Jason, l’un des locataires de l’habitat inclusif** (à Lucé), a décroché un emploi. Suivi au départ par le SAMSAH TSA* Saint Julien, à Chartres, il a obtenu un CDD tremplin en tant que Data Controler (contrôleur de données), au sein d’un centre de données. Ainsi, depuis le 1er juin, il a adopté un nouveau rythme de vie. Il travaille depuis chez lui, afin de ne pas être confronté au stress associé au travail en présentiel. « Tout le matériel de travail nécessaire a été mis à disposition par l’entreprise adaptée afin qu’il travaille de chez lui, une ou deux fois par semaine », souligne Fanny Laffaye-Hill.

Toujours au sein du Pôle Autisme Eure-et-Loir, Frédéric et Sylvain, les deux habitants de l’habitat passerelle (au sein de la Maison Saint-Fulbert) ont commencé en mai un stage de sensibilisation, non rémunéré, au sein d’un ESAT (Etablissement et service d’aide par le travail), situé à dix minutes de la Maison Saint-Fulbert.

Concrètement, il s’agit d’activités de conditionnement. L’objectif : permettre à des résidents de découvrir le travail, dans un environnement prenant en compte leurs particularités. À terme, la Maison Saint-Fulbert souhaite que d’autres résidents puissent accéder à ces stages. « Il y a 3 ou 4 autres résidents du FAM qui pourraient travailler en ESAT. Certains ont pu travailler en ESAT il y a quelques années », expose Madame Laffaye-Hill.

Travailler avec des personnes autistes, un enjeu pour les professionnels

Si obtenir un stage pour des résidents est une très bonne chose, former des professionnels à l’accueil et à l’intégration de personnes porteuses de TSA dans un environnement de travail représente un véritable enjeu. « Une commande de l’ARS d’Eure-et-Loir nous a été faite en ce sens et à laquelle nous répondrons favorablement bien entendu », affirme Fanny Laffaye-Hill. 

En effet, former les professionnels à l’accueil de personnes porteuses de TSA dans le cadre du travail est primordial. Ils doivent être sensibilisées à la manière d’intégrer au sein de l’entreprise, dans de bonnes conditions, ces personnes, comme elles sont. Il faut prendre en compte leurs particularités sensorielles, notamment en ce qui concerne le volume sonore immédiat, le nombre de sollicitations des autres salariés... « Après 2 heures de travail, ils sont fatigués, souligne la directrice, mais ils sont plutôt contents de travailler. »

En parallèle à cet enjeu se pose aussi la question de la rémunération. Pas si simple, car actuellement, la loi ne permet pas d’être à la fois résident au sein d’un Foyer d’Accueil Médicalisé et salarié. Il y a donc un travail à mener, notamment, avec la Maison Départementale des Personnes Handicapées et l’Agence Régionale de Santé, afin de faire en sorte qu’un jour, les personnes autistes puissent percevoir un salaire, comme n’importe qui.

*Le Foyer d’Accueil Médicalisé (FAM) Maison Saint-Fulbert à Lèves, l’habitat inclusif à Lucé et le Service d'Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés, Trouble du Spectre de l’Autisme (SAMSAH TSA) à Chartres forment, à eux trois, le Pôle Autisme Eure-et-Loir de l’Ordre de Malte France.

**L’habitat inclusif géré par l’Ordre de Malte France, depuis le début de l’année 2021, est situé à Lucé, en bordure de Chartres. Sept personnes y habitent aujourd’hui et vivent en autonomie, avec l’aide d’un coordinateur inclusif (un éducateur spécialisé), présent en journée, en semaine et certains week-ends.

Nos établissements médico-sociaux en France

L'Ordre de Malte France dans votre département