Open menu

Toutes les actualités

À 38 ans, Anaïs est aujourd’hui en internat complet au Foyer de vie Jeanne D’Arc à Vigneux-sur-Seine (91). Arrivée dans cet établissement dédié à l’autisme depuis 2006, son parcours ne relève en rien de la facilité, à l’instar de nombreuses personnes atteintes de troubles du spectre de l’autisme. Ses parents, très impliqués, veulent lui apporter le plus de chances possibles de mener une vie sereine, en harmonie avec ses capacités. Jacqueline, sa maman, partage avec nous son histoire.

En vue de la Journée Mondiale de l’Autisme, le 2 avril, nous donnons un coup de projecteur au travail de l’Ordre de Malte France, engagé depuis 25 ans dans ce champ d’action, à travers une série d’articles et de témoignages. Nous avons choisi d’introduire cette série avec un entretien de Jacques Boulot, Direction Hospitalière France, à la tête des établissements médico-sociaux et sanitaires gérés par notre association. Éclairage sur cette thématique, encore bien souvent mal comprise.

Après près d’une année d’interruption, l’hôpital de l’Ordre de Malte à Djougou, dans le nord-ouest du Bénin, a rouvert ses ateliers de démonstrations culinaires. Leur objectif : apprendre aux mères de famille à constituer des repas équilibrés avec les aliments locaux, pour mieux prévenir la malnutrition.

Alors que l’ensemble du secteur médico-social et sanitaire est confronté à des difficultés de recrutement récurrentes, Loïc Surget, Directeur de la MAISON D’ACCUEIL SPECIALISEE Notre Dame de Philerme, à Sallanches, en Haute-Savoie, depuis 10 ans, témoigne de la volonté de l’Ordre de Malte France d’être au plus près des professionnels de santé qu’il recrute. L’objectif : favoriser un accompagnement de qualité stable auprès personnes autistes accueillies au sein de l’établissement et maintenir une cohésion des équipes autour de projets attractifs.

Nous avons suivi trois équipes de secouristes bénévoles dans leur lutte quotidienne contre la propagation du Covid-19.

Ce n’est parce qu’on n’a pas encore atteint l’âge adulte que l’on ne peut faire de grandes choses pour les plus fragiles… bien au contraire !