Open menu
Dégradation de la sécurité en Afrique Sub-sahélienne

L’Ordre de Malte France renforce la protection de ses équipes !

Le 9 août dernier, six volontaires de l’association humanitaire française Acted, leur guide et leur chauffeur, ont été tués au Niger. Tous les membres de l’Ordre de Malte France, association hospitalière issue du plus ancien organisme caritatif au monde, expriment leur soutien aux proches des victimes et aux équipes de cette ONG, dont ils partagent parfois des terrains d’intervention.

Cette attaque meurtrière a eu lieu dans une zone de risque modéré où les déplacements touristiques sont autorisés. Différents indicateurs - sociaux, politiques, sécuritaires - permettent de définir 4 niveaux de risque : faible, modéré (zone jaune), élevé (zone orange), extrême (zone rouge). 

La priorité de l’Ordre de Malte France : protéger ses équipes

Si la plupart de nos établissements à l’international sont situés dans des zones à risque modéré, nous soutenons des missions dans des pays présentant des niveaux de risque élevés ou extrêmes comme le Nord Cameroun, le Tchad, le Burkina Faso.

À l’heure actuelle, nous n’envoyons aucun de nos collaborateurs expatriés en zone rouge. Lorsqu’une intervention s’y avère nécessaire, ce sont nos équipes locales, connaissant particulièrement bien la zone, qui se déplacent. Ce fut par exemple le cas le 7 août au Burkina quand l’Ordre de Malte France a participé à l’évacuation des blessés après l’attaque terroriste du marché de Namoungou.

Néanmoins, comme nous venons de le voir au Niger, éviter une zone de risque extrême n’est pas une garantie absolue de sécurité. Dans ce contexte tragique, l’Ordre de Malte France, qui a toujours placé la sûreté de ses équipes au cœur de ses préoccupations, a mis en place de nouvelles mesures pour renforcer leur protection.

Nous tenions à en informer tous ceux qui soutiennent généreusement les missions de nos salariés et bénévoles, et œuvrent ainsi à leurs côtés au service des plus fragiles.