À 25 ans et après trois ans comme infirmière dans une clinique française, Constance avait « envie d'autre chose ». L'hôpital de l’Ordre de Malte à Djougou (Bénin) l’a accueillie en tant que bénévole pendant sept mois au sein de son service pédiatrie, puis aux urgences. Avec un enthousiasme non dissimulé, Constance nous raconte son expérience hors du commun.

Pourquoi avoir choisi l’Ordre de Malte France ?

J’ai fait deux ans de secourisme avec l’Ordre de Malte France et je savais que des infirmières étaient régulièrement envoyées à l’international. J’ai postulé et cela s’est fait assez rapidement. De plus, c’était facile et rassurant de partir au Bénin avec cette association qui a l'habitude de gérer et d'envoyer des volontaires dans plusieurs de ses hôpitaux (assurance, visas, etc.).

Comment s’est déroulée votre mission à Djougou ?

Hôpital de l'Ordre de Malte à Djougou – © Ordre de Malte France

Tout de suite, mes collègues m'ont épatée : ils étaient adorables, accueillants et réellement dans l'échange. Je me suis aussitôt sentie bien. J'ai néanmoins dû m'accoutumer à l’ambiance, aux odeurs et aux pathologies.

Dès les premiers jours de service, j’ai constaté que mes collègues étaient disponibles et prêts à aider. Il y avait une vraie ambiance d’équipe dans le service. Les médecins étaient moins distants qu’en France.

Pendant les trois premiers mois, j’étais dans l'observation. Les quatre mois suivants m’ont permis de découvrir les spécificités culturelles de la vie djougoise. J’ai ainsi beaucoup discuté de la différence « homme-femme » et de la condition de la femme dans la société.

« J'ai toujours rêvé de faire de l'humanitaire. »

Quels ont été vos principaux défis ?

Entre la prise en charge du patient, le mode de fonctionnement (les gardes malades sont présents quotidiennement, notamment pour apporter les repas aux malades), les moyens locaux (techniques et humains) ou encore la menace du paludisme, tout était différent ! J'étais exposée à de fortes responsabilités. Je devais sans cesse m’adapter.

« J'ai plus appris ici qu'en trois ans de travail en france ! »

Un conseil pour ceux qui hésitent encore à faire l’expérience ?

Il ne faut pas avoir peur de sortir de son cadre de travail habituel et d'affronter de nouvelles situations qui se révèlent parfois inconfortables. J'envisage de revenir car j'ai vécu une expérience humainement très enrichissante. Outre le fait d’apprendre énormément, on aide et on a envie de faire toujours plus !

Comme Constance, devenez bénévole