Le Grand Maître de l’Ordre Souverain de Malte, Fra’ Giacomo Dalla Torre © Ordre souverain de Malte

Le mercredi 13 novembre, à l'invitation de la Directrice Générale de l'UNESCO, Madame Audrey Azouley, S.A.E. le Grand Maître de l'Ordre Souverain de Malte, Fra' Giacomo dalla Torre, s'est adressé aux délégués lors de la 40è Session de la Conférence générale de l'UNESCO, qui se réunit tous les deux ans.

Accompagné par le Grand Chancelier, S.E. Albrecht von Boeselager, et le Grand Hospitalier, S.E Dominique de La Rochefoucauld-Montbel, le Grand Maître de l'Ordre Souverain de Malte a été invité par la Directrice Générale de l'UNESCO, Madame Audrey Azouley, à prendre la parole devant la session plénière de la Conférence générale. Il a tout d'abord exprimé son admiration ainsi que celle de l'Ordre pour l'« action inlassable de l'UNESCO en faveur de l'éducation, de la science et de la culture (...) ».

Le Grand Maître a ensuite rappelé l'inscription des actions de l'Ordre de Malte dans un contexte difficile en raison de conflits et situations de crises graves « qui semblent ne pas trouver d'issue », d'un réchauffement climatique alarmant et de « la migration de millions d'êtres humains fuyant la persécution, la famine, la haine raciale et religieuse, ou en quête de meilleures conditions de vie».

Le Grand Maître a tenu à exprimer le fait que l'« Ordre de Malte reste fidèle à sa vocation et à sa mission de témoigner la foi et de servir les pauvres et les malades, mission exercée depuis sa fondation à Jérusalem au XIè siècle ». L'Ordre de Malte mène alors des projets médicaux, sociaux et humanitaires sans distinction d'origine ethnique ou de religion dans 120 pays, et dans des zones de crise, de catastrophes naturelles et de situations de détresse. L'Ordre de Malte reste aussi attentif à l'accueil et l'intégration des réfugiés et des migrants, à la lutte contre la traite des êtres humains (thème qui avait d'ailleurs fait l'objet d'un colloque au mois d'octobre à Paris) et au trafic d'organes.

Le Grand Maître a tenu également à souligner le développement par l'Ordre de Malte d'un programme d'action sur les nouvelles formes d'exclusion dans les sociétés contemporaines telles que les handicaps, la marginalisation, la solitude, les maladies rares et la fracture numérique.

« L'Ordre de Malte s'engage également à renforcer le dialogue interculturel et interreligieux sur la base des valeurs de solidarité, d'écoute et d'enrichissement réciproques et de compassion qui sont partagées par toutes les religions » a-t-il ensuite déclaré au cours de son allocution.

Enfin, le Grand Maître a conclu, en français, son intervention par une note d'espoir : « Nous espérons que le progrès scientifique ira de pair avec un nouvel Humanisme dans lequel l'Homme, avec son esprit et sa sagesse, prendra des décisions justes sur ces nouveaux défis et continuera à s'interroger sur les grands thèmes de l'existence

 

 

L’Ordre Souverain de Malte et l’UNESCO

Ordre religieux, l’Ordre Souverain de Malte est aussi un sujet de droit international neutre, impartial et apolitique qui entretient des relations diplomatiques bilatérales avec 109 Etats. Il dispose d’un siège d’observateur permanent auprès des des Nations-Unies et de ses agences spécialisées. Il a notamment collaboré avec l’UNESCO lors :

  • de la Conférence sur la diplomatie humanitaire et la gestion des crises internationales à Paris en 2011
  • d’un Séminaire conjoint entre l’Union Européenne, l’UNESCO et l’Ordre de Malte sur la protection des sites sacrés en Méditerranée en 2012
  • du Forum sur la Protection et la Conservation du patrimoine culturel en Méditerranée à Chypre en 2012
  • d’une conférence scientifique à l’occasion de la journée mondiale de l’eau à Naples en 2019.