Maraude médicale des Hauts-de-Seine 1998-2018 : 20 ans au chevet des plus démunis

Soigner les corps et les âmes

Les personnes qui vivent dans la rue font face à de multiples pathologies de santé * : affections dermatologiques, pulmonaires, douleurs articulaires multiples, plaies traumatiques et factures négligées... mais aussi l'alcoolisme, la consommation de drogue et les infections virales (hépatite C, sida). Des pathologies qui bien souvent restent sans soins : parfois par choix ou de manière désabusée, souvent et aussi parce que l'accès aux structures de soins leur est particulièrement difficile.

Confronté à cette situation au cours de la maraude sociale de l'Ordre de Malte France dans les Hauts-de-Seine (92), François, médecin, imagine alors une autre forme de maraude : celle qui irait à la rencontre de ces corps et ces âmes meurtris pour prendre le temps du soin et surtout celui de l'écoute et de l'échange, afin de maintenir le lien social auprès de ces personnes en perte de repères et fortement désocialisées.

La première de ces tournées de "médecine de rue" a lieu dans la nuit du 6 au 7 février 1998. Ce soir-là, cinq personnes sans abri sont soignées.
20 ans après, au détour de squats, stations de métro, squares, porches d'immeubles, sous les ponts.... elles sont plus de 10 000.

Les témoignages présents sur cette page empruntent librement et avec son accord, des extraits issus du recueil de témoignages du Dr. Guy Lessieux, médecin bénévole au sein de la maraude médicalisée des Hauts-de-Seine. Les prénoms portant une astérisque (*) ont été modifiés.

* La moitié des personnes qui vivent dans la rue souffre de problèmes de santé (Fédération des acteurs de la solidarité, 2017) et leur espérance de vie est de seulement 49 ans (Collectif des Morts de la Rue, 2016)

La maraude médicale des Hauts-de-Seine en 20 ans, c'est...

plus de
1 000

sorties véhiculées

environ
50 000

km parcourus

plus de
10 000

personnes soignées

une équipe actuelle composée de
7
médecins | 9 infirmières,
12 conducteurs | 6 assistants

20 ans maraude medicale 92 bandeau debut

Les mots des personnes sans abri...

«Vous savez quoi, on a du bonheur dans la rue quand vous venez aider et soigner les sans-abri et ça c’est super.»
Loic*, sans abri
«Tu es la seule personne qui ne juge pas. L’habit ne fait pas le moine et tout le monde ne me voit pas comme je suis. Merci à toi.»
Sylvie*, sans abri
«J'ai rencontré des gens qui, après leur travail et leurs obligations familiales, trouvent le temps de venir à notre rencontre. Je leur fais confiance. Je ne regrette pas.»
Titi*, ex-sans abri devenu bénévole

...et ceux des bénévoles

«Je suis comme imprégnée par ces hommes et cette femme que j’ai vus cette nuit dans la misère [...] Je n’ai qu’une envie…y retourner !»
Stéphanie, bénévole, à l'issue de sa première maraude
«Il y a de plus en plus de personnes en état de précarité [...] Ils disent qu'on leur fait du bien car nous sommes proches d'eux, ils se sentent soutenus. Et quand on ne les voit plus c'est qu'ils vont bien.»
Paule, bénévole
«Les personnes sans abri ne doivent pas être réduites à cette condition. Ce sont des personnes courageuses qui peuvent nous apporter énormément si nous prenons le temps d’être à leur écoute..»
Guy, médecin bénévole

20 ans de soins & de souvenirs en images

20 ans maraude medicale 92 mosaique 820 ans maraude medicale 92 mosaique 820 ans maraude medicale 92 mosaique 820 ans maraude medicale 92 mosaique 820 ans maraude medicale 92 mosaique 820 ans maraude medicale 92 mosaique 820 ans maraude medicale 92 mosaique 820 ans maraude medicale 92 mosaique 8

Nos autres maraudes médicales en France

Le mot de la fin...

20 ans maraude medicale 92 bandeau fin

« J’ai repris espoir, je veux m’en sortir, j’ai refait mes papiers, je vais avoir un logement, vos soins et votre gentillesse m’ont guéri, je suis propre… Donnez-moi un papier pour vous faire un autographe ! Je vous aime. » - François*, ex-sans abri sorti, sorti de la rue

Pour aller plus loin